Les difficultés que vie la population de Baraka en cas de maladie

Après vous avoir fait la présentation de l’ancienne case de santé de Baraka, on a pris l’initiative de faire une petite visite auprès de certains habitants de la cite. La santé étant un défi de tous les jours pour nous, nous essaierons de vous montrer les difficultés que vivent les habitants de Baraka pour se soigner.
À Baraka, chacun de nous a au moins une fois vécu un calvaire quand un membre de sa famille tombe malade. Si parmi les difficultés quotidiennes, il faut ajouter la prise en charge d’un malade, le manque de moyens se fait ressentir de plus en plus. C’est le cas de de notre hôte du jour M. Modou DIAGNE.

rps20160719_160355
Modou Diagne

Nous l’avons trouvé assis dans sa chaise, le corps en sueurs, son bras droit paralysé, les jambes tremblantes, avec une voix basse qui articule difficilement les mots, mais essaie tant soit peu de nous parler de sa maladie. Mr Diagne, père de famille de quatre enfants est un ancien militaire à la retraite, et est âgé de 59 ans. Il et a été victime d’un AVC* en 2004. Depuis, il est paralysé de la partie droite. Avant, il vivait en parfaite santé et arrivait à entretenir sa famille jusqu’au jour où tout bascula pour lui, le jour où il perdra sa santé et sa mobilité. D’après sa femme Marie Katharine, qui est une ex assistante de la case de santé de Baraka, il lui arrivait parfois d’être sujet à des malaises, mais vue les conditions précaires où il trouvait, il n’alla pas en consultation et se disait que ça allait passer.

Ainsi quand l’AVC s’est produite, il est resté deux mois à l’hôpital. A sa sortie, il a reçu une facture d’un million de FCFA en frais médicaux. Mais comme il fût en service dans l’armée, il n’a eu à payer que la moitié. Depuis lors, par manque de moyens il a décidé d’arrêter de consulter et il est resté ces cinq dernières années sans consultation. Il vit sous la surveillance de sa femme qui lui applique des massages, car les séances de kinésithérapie sont très coûteuses. Elle l’aide pour tous ses besoins car il est incapable de le faire lui-même.

Malgré des conditions de vie très pénible au quotidien, M. DIAGNE se lève tôt le matin pour faire une petite promenade afin que son corps retrouve un peu de sa vitalité. Il essaie de récolter tant soit peu de l’argent par la générosité des gens de bonne volonté ou d’anciens amis. Ces derniers lui donnent un peu d’argent qu’il remet à sa femme pour la dépense quotidienne.

Madame Diagne quant à elle, gagne sa vie a présent en faisant le linge dans les cités voisines. Ainsi, les sommes amassées leurs serviront pour les frais quotidiens, en attendant la réception de la pension de retraite de M. DIAGNE, qui lui sera dépensée en médicaments. M. DIAGNE n’est pas le seul à être dans pareille situation. Il y’en a beaucoup d’autres comme lui malade d’ AVC* et d’autres maladies.

C’est pour cela que toute la population de Baraka souhaite avoir une structure de santé afin d’alléger les charges et de faciliter les soins.  Néanmoins nous restons très optimistes quant à l’amélioration de nos conditions de vie et la sante en premier lieu avec la construction de la nouvelle cite. Bientôt il y aura un médecin, vient une fois par semaine, pour examiner les habitants de Baraka.

AVC : Accident vasculaire cérébral

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s